S5-ep1 : Les aventuriers du Col Perdu

Bon allez, on va vous donner un bon coin à peaux de phoque pour vos prochaines aventures hivernales 😉

Nous sommes fin février 2020, l’Italie commence à envisager fermer ses frontières à cause du COVID-19…

Nous nous trouvons au croisement entre le Massif du Thabor, celui des Écrins et le massif du Queyras. Notre camp de base est établi à La Ferme de Belline, petit coin de paradis situé tout près du domaine skiable de Serre-Chevalier aux portes de Briançon.

Les magasins de location de ski de rando sont pris d’assaut, les conditions météos sont bonnes, la neige suffisante, tous les versants montagneux sont envahis tôt le matin par les accros de ski de montagne.

Le Laus – Col Perdu – Col de l’Izoard – Le Laus (750m D+, 10km, 4h)

Nous décollons vers 8h, il a fait très froid pendant la nuit. C’est toujours compliqué de choisir l’horaire de départ pour ne pas partir trop tôt (skier sur de la glace) et ne pas partir trop tard (risquer les avalanches). Le timing aura été parfait, la partie béton à ski se fera uniquement sur le tracé du Bois du Laus, afin de se chauffer gentiment les cuisses avant de commencer à monter.

Le chemin de départ commun à tous les skieurs de randonnée déverse dans chacun des vallons une partie de ses rampants bipèdes, nous serons les seuls à aller au fond du vallon pour attaquer l’ascension du Col Perdu à cette heure.

Le fond du vallon est absolument splendide. Je ne peux m’empêcher de m’arrêter et analyser où nous irons les prochaines fois que nous viendrons car nous reviendrons ici, c’est très sauvage, on se sent loin de tout, véritablement connecté à la nature environnante.

L’ascension est très jolie, facile, une balade idéale pour débuter un we de rando. Nous arrivons vers 11h30 au col qui surplombe tout le vallon de Percagne entre le col de l’Izoard et le Grand Peygu… Wow.

La descente de l’autre côté du col se fait face nord sur une pente de 40° environ, le sol est encore béton, la croute de regel est bien solide sur ce versant souvent soufflé. Nous avons devant nous une petite portion de descente jusqu’au refuge Napoléon, nous savons que c’est le seul endroit où nous pourrons enchainer quelques virages avant de redescendre par la route du Col de l’Izoard.

Quelques virolets plus tard et je remonte jusqu’au Col de l’Izoard pour voir à quoi il ressemble l’hiver, ça fait tellement longtemps que je ne suis pas venu. Il y a pas mal de neige et pas mal de monde. Les gens viennent à pied, en raquettes, en trail ou en ski de fond par la route enneigée depuis le Laus. On quitte notre solitude de l’ascension pour rejoindre la terrasse du Refuge Napoléon bien plus fréquentée. L’étape gastronomique est juste obligatoire.

On nous dit qu’on peut redescendre en luge depuis le Refuge si on prend un repas… On reviendra donc…. de nuit la prochaine fois 😉

La descente est tranquille, on se laisse glisser sur la route jusqu’au parking de départ. Il est 13h, le bain norvégien de La ferme de Belline nous attend pour terminer l’aprem en mode chill vers notre chalet devant ces montagnes magnifiques des Hautes-Alpes.

#France #Ski de randonnée #Massif du Queyras

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s